Lille Sud, une mosaïque de quartiers

Par Mohamed Elbachir et Lucy Elonge

3 Questions à Charlotte Izza-Rosier, urbaniste, chef de projet à la mairie de Lille

Pourquoi le quartier de Lille-Sud a autant changé ?

Il y a de gros enjeux depuis 2004 avec l’ANRU (L’agence nationale pour la rénovation urbaine) dans le quartier de Lille-Sud . Ce quartier a été l’une de nos priorités car le quartier a une grande population (20000 habitants.) La ville de Lille a deversé 320 millions d’euros pour le seul quartier de Lille-Sud. Le but était de rénover car les habitations étaient anciennes, et de changer l’image du quartier même si nous sommes conscients qu’il y a encore aujourd’hui des actions à mener.

Quelle sont les projets pour Lille-Sud  ?

Nous avons réorganisé les rues et les espaces pour pouvoir plus facilement circuler entre les quartiers. Les pieds d’immeubles ont été réaménagés avec des parkings privés et des poubelles de tri. Nous avons réaménagé les espaces publiques et créé de nouvelles aires de jeux, de nouvelles infrastructures comme la piscine municipale ou encore l’école Wagner.

Quelles sont les principaux aménagements ?

Pour 2017, nous allons nous focaliser sur le secteur de Jean-Baptiste Clément et le Faubourg d’Arras. En projet l’aménagement de l’extérieur des bâtiments, le stationnement privé, la collecte des déchets verts et une intervention sur les espaces verts...Donc Lille Sud va encore beaucoup changer... 

Les 400 Maisons

Des maisons mitoyennes en briques rouges, des rues très calmes, peu d’habitants sur les trottoirs, le quartier des 400 Maisons est quasi désert cet après-midi. Depuis dix ans, à part quelques travaux sur la voirie, le quartier n’a pas tellement changé. Laurent R, dans sa cour, s’occupe de sa petite fille. Il habite les nouvelles maisons en bois du quartier depuis cinq ans. « Ici c ‘est un quartier calme même entre voisins les gens ne se parlent pas beaucoup ». Même constat de la part de Nourou A qui s’est installé il y a quinze ans. «  Ca ne bouge pas beaucoup ici, c’est peut-être une volonté politique. Ca ne me dérange pas ». Quelques rues plus loin, dans un grand square, le square Bardou, quelques jeunes jouent au football. Situé à proximité du secteur de L’Arbrisseau et de la Briqueterie, les 400 Maisons se démarquent. Contrairement aux deux autres quartiers, celui-ci a gardé son histoire.

La briqueterie

Les enfants jouent, les mamans discutent dehors. La briqueterie est un quartier vivant. Il se trouve au sud de Lille sud. La briqueterie rejoint la rue de l’Asie et la rue de L’arbrisseau. Il y a un parc de jeux neuf avec des bâtiments en brique rouge, on y entend des enfants jouer. Un peu plus loin au niveau des habitations, Cécile une femme de ménage de 42 ans, qui a toujours vécu à la briqueterie raconte : « Il y a 40 ans la briqueterie n’existait pas, ce n’état que des petits cabanons. Personne n’ osait y aller, c’était dangereux ». Aujourd’hui le quartier a complètement changé. «Il y a beaucoup de nouvelles constructions : des jardins d’enfants, une nouvelle piscine, un nouveau système de collecte d’ordures... ». Elle apprécie aussi le fait que d’une manière génerale le quartier est plus aéré et moins renfermé sur lui-même.

L’arbrisseau

Depuis dix ans le quartier a énormément changé, des immeubles modernes et colorés ont remplacé les terrains vagues. Entre la mosquée et le centre social de l’Arbrisseau, Fatima se promène avec sa fille. Ancienne habitante de l’arbrisseau, elle continue de venir de temps en temps dans le quartier pout profiter du parc avec sa fille. « Je trouve qu’il n’ y pas assez de lieux où les gens peuvent se retrouver, cela manque de convivialité et de choses à faire pour les jeunes comme les moins jeunes, raconte-t-elle. Mais j’aime bien les nouvelles constructions moins hautes et plus jolies. Je trouvais dangereux les vieilles tours avec les nombreux étages en cas d’incendie... » Le quartier est essentiellement résidentiel et il y a peu de commerces de proximité.